topblog Ivoire blogs

09/09/2013

DECLARATION LIMINAIRE DU SECRETAIRE GENERAL NATIONAL

 

ASSEMBLEE GENERALE NATIONALE DE RENTREE 2013/2014 DU SYLEG

 

DECLARATION LIMINAIRE DU SECRETAIRE GENERAL NATIONAL

Camarades,

Voilà déjà un an que le SYLEG est né pour continuer la lutte pour la restauration de la dignité de l’Enseignant engagée depuis longtemps par nos devanciers, que je salue au passage.

Notre structure n’est donc pas nouvelle dans la lutte, dès lors qu’elle a en son sein des hommes rompus et aguerris par des années de lutte et leurs corollaires de sanctions et autres pratiques mafieuses propres aux régimes successifs.

En un mot, c’est un vieux corps recouvert d’un nouvel habit.

Très tôt, le terrain nous a appelés. L’histoire nous regardait. Nous n’avons donc pas eu le temps d’asseoir une stratégie appuyée par une formation sur les textes élémentaires du syndicalisme et adaptée aux réalités des uns et des autres dans un contexte socio-politique de venu plus difficile.

Cela nous a desservis tout au long de cette crise : obligation de réserve dévoyée ; mots d’ordre piétinés, participation à la vie de la structure syndicale boycottée, attitude désinvolte vis-à-vis des responsables syndicaux, et la liste est longue.

Face à cela :

-       Faut-il capituler et confier notre destin à ces faucons « aux dents jaunies par la sueur de l’autre »?

-       Avions-nous le droit d’aider ceux qui ne voient que leurs intérêts dans le bâillonnement des autres, à rire sous cape, là où nos devanciers ont arraché le décrochage et le profil de carrière pour l’ensemble des enseignants ?

Camarades, l’histoire nous regarde et nos progénitures nous jugeront. Soyons des syndicalistes et demeurons-le pour nous-mêmes, pour nos petits frères, pour nos enfants et pour la fonction enseignante.

L’Assemblée Générale de ce jour est la preuve de la vitalité du SYLEG. Je voudrais profiter de cette occasion, pour exprimer ma sincère reconnaissance à  tous ceux qui ont œuvré pour que cette rencontre puisse se tenir.

Camarades, vous convenez avec moi que, rien n’est possible sans moyen. Et, pour réussir notre mission, nous devons compter sur nous même.

Or, notre syndicat souffre d’un manque criant de moyens. Malgré les appels incessants du BEN, même les Secrétaires Généraux restent indifférents laissant le syndicat dans la précarité.

Tous comptent sur le syndicat pour régler tel ou tel problème qui se pose à eux et attendent des résultats immédiats.

Et pourtant, le syndicat a déjà produit des résultats.

Permettez-nous d’abandonner le terrain de la mendicité qui ne nous honore pas chaque fois que nous devons faire une activité. C’est à ce seul prix qu’on nous respectera. Et, notre autonomie en dépend.

Arrêtons de prendre le syndicat pour une société de prestation de service que l’on sollicite quand on a un problème et qu’on ne paie que lorsque les résultats sont là. L’action syndicale est différente. C’est en conjuguant nos efforts que nous pourrons obtenir des résultats.

Chacun à son niveau doit jouer sa part pour l’émergence de la vraie démocratie, cette démocratie qui permet à tous de profiter des fruits de la production nationale afin d’en accroitre sa productivité.

Et le rôle de la base dans la consolidation des acquis est d’une part d’animer le syndicat au plan local par la prise en compte des problèmes locaux et aussi des grandes questions nationales qui font l’objet d’une mobilisation de tous les Enseignants de Côte d’Ivoire et d’autre part de participer à la vie du syndicat tant au plan moral, matériel que financier.

Camarades, de votre mobilisation tant physique que matérielle et financière dépend la force de notre syndicat.

Aucune autre personne que nous ne viendra d’ailleurs pour faire la force de notre syndicat à notre place. Aucun gouvernement ne nous donnera des choses si nous ne revendiquons pas.

Je voudrais donc compter sur l’ensemble des militants présents à cette AG pour qu’au sortir d’ici, le syndicat puisse trouver des moyens pour mener à bien ses activités.

Les premiers chantiers pour les responsables locaux consisteront à identifier de façon exhaustive tous les militants du SYLEG et à les amener à payer leurs cotisations ordinaires. Il est bon et grand temps que les Enseignants se déterminent vis-à-vis de leurs syndicats. D’ailleurs, les élections professionnelles à venir l’exigent.

Alors, sortons des calculs mesquins et mettons nous ensemble pour avancer.

Car, avec le SYLEG, on avance.

Je vous remercie,

Fait à Abidjan, le Samedi 07 Septembre 2013

 

AG de Rentrée 2013-2014 du SYLEG_Déclaration liminaire du SGN.doc

22:22 Écrit par SYLEG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.