topblog Ivoire blogs

10/05/2013

1er CONSEIL D'ADMINISTRATION DE LA MUGEF-CI

MUTUELLE GENERALE DES FONCTIONNAIRES ET AGENTS DE L’ETAT DE CÔTE D’IVOIRE

 

 

 

 

DECLARATION DU NOUVEAU CONSEIL D’ADMINISTRATION ELU DE LA MUGEFCI RELATIVE AUX ELECTIONS QUE LE COMITE DE GESTION ANNONCE A GRAND RENFORT PUBLICITAIRE POUR LE MOIS DE JUIN 2013.

LES FAITS

Le mardi 30 Avril 2013 réunies en Assemblée Générale Extraordinaire à  IVOTEL Plateau, les Centrales syndicales, les organisations Syndicales de base issues desdites centrales (UGTCI,CISL-DIGNITE,FESACI,FO ,CGTCI) et autres Associations de fonctionnaires et agents de l’Etat en activité et à la retraite, ont élu un Conseil d’Administration de 25 membres dont le Président est GNAGNA ZADI THEODORE .

Le lundi 6 Mai 2013, le comité de gestion fait publier par voie de presse deux communiqués : l’un annonçant la mise en place d’un comité national électoral et sa composition et l’autre signé du tout nouveau président de la CNE , le préfet d’Aboisso,  invitant les candidats à retirer les formulaires de candidature à déposer dans un délai de 10 jours à compter du  mercredi 8 mai , pour des élections prévues pour le dimanche 9 juin 2013 .

NOTRE ANALYSE

Le Conseil d’Administration de la Mugefci mis en place par les fonctionnaires et Agents de l’Etat le 30 avril 2013, est l’émanation de l’ensemble des Emplois de la Fonction Publique et des agents de l’Etat. En effet, y sont représentés les syndicats du secteur Education/ Formation du primaire, du secondaire général, les syndicats de l’Enseignement Supérieur et de la recherche, ceux de l’Administration générale et financière, les syndicats de la santé, de la poste et de l’aviation civile. Comme on le voit, ce Conseil d’Administration est légitime car élu lors d’une Assemblée générale convoquée et organisée par  les mutualistes à travers leurs  représentants légaux que sont les syndicats et les associations.

Face à cet acte de grande portée historique, expression de la détermination des syndicats à ne point faiblir dans le combat pour faire respecter leur droit de propriété sur la Mugefci, le comité de gestion, pour masquer sa forfaiture et distraire l’opinion, a nommé depuis le dimanche 5 mai 2013 un Comité National Electoral dirigé par le Préfet d’Aboisso et composé de 6 personnalités (voir communiqué dans la presse).

Il faut le dire tout net, ce Comité Electoral qui en réalité n’a aucun pouvoir, a pour rôle de donner un vernis de transparence et d’impartialité à une grosse opération de manipulation des Fonctionnaires et Agents de l’Etat conçue et orchestrée par Touré Laciné DGI et Bamba Karim PCG, pour porter à la tête de la Mugefci leur complice SORO Mamadou, Secrétaire général de la Centrale Humanisme. Nous l’avons dit et répété, il existe  un deal entre Soro Mamadou, Touré Laciné et Bamba Karim dont les termes sont les suivants :

-         PCA, Soro Mamadou ,

-         Directeur général Touré Laciné

Et Mesmin KOMOE, qui n’aura été qu’un faire-valoir, car le poste de vice – président qu’on lui a promis est fictif, simplement parce que leurs textes interdisent que le Président et le Vice – président soient issus de la même famille d’emploi.

En définitive, la mise en place d’un CNE ne change rien à notre conviction selon laquelle  les responsables actuels de la Mugefci sont entrain de conduire la mutuelle vers une crise de portée nationale.

NOTRE POSITION

     C’est pourquoi le nouveau Conseil d’Administration de la Mugefci élu le 30 avril 2013, après avoir analysé la situation lors de son premier Conseil d’Administration, soucieux de la paix et  de la concorde dans le pays et entre les fonctionnaires ;

-      Demande au gouvernement de mettre fin à ce processus, car n’ayant aucun intérêt pour les fonctionnaires, puisque ne reposant sur aucun texte conçu et adopté par les mutualistes et de rétrocéder la MUGEFCI aux syndicats. 

-      Invite le gouvernement au strict respect de la Convention 102 et de la recommandation 202 relatives à la protection sociale de l’OIT qui fait des syndicats les propriétaires exclusifs des activités non négociables dont la MUGEFCI mise en place en 1989.

-      Lance un appel aux fonctionnaires et Agents de l’Etat à se tenir loin de cette mascarade et de soutenir leur Conseil d’Administration élu.

-      Exhorte l’ensemble des syndicats de fonctionnaire à rejoindre la lutte pour la sauvegarde de leur droit de propriété sur la Mugefci.

Fait à Abidjan  le 9 mai 2013

Pour le Conseil d’Administration de la Mugefci

                                                                              Le PRESIDENT

GNAGNA ZADI THEODORE

         

00:09 Écrit par SYLEG dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

22/04/2013

DECLARATION DE L’ISEF RELATIVE A LA SUSPENSION DU MOT D’ORDRE D’ARRET DE TRAVAIL DU 08 AU 19 AVRIL 2013

INTERSYNDICALE DU SECTEUR EDUCATION–FORMATION (ISEF)

TEL : 08 40 07 09 / 40 42 42 00 / 40 19 60 00 / 07 88 56 39

DECLARATION DE L’ISEF RELATIVE A LA SUSPENSION DU MOT D’ORDRE D’ARRET DE TRAVAIL DU 08 AU 19 AVRIL 2013

Dans les mois de novembre 2012 et février 2013,  l’Intersyndicale du Secteur Education-Formation a initié des arrêts de travail pour exiger de l’Etat de Côte d’Ivoire :

1-     Le paiement du reliquat de l’indemnité de logement des instituteurs et du rappel de l’indemnité de logement;

2-     Le paiement de la seconde moitié de la bonification indiciaire des instituteurs et du rappel y afférent ;

3-     Le paiement du reliquat des effets financiers du reclassement des Enseignants du secondaire général, technique, professionnel et Assimilés, des Conseillers Pédagogiques, des Conseillers à l’extrascolaire et du rappel y afférent ;

4-     Le paiement de la dernière tranche du rappel de CAP des sessions 1988 à 1992 d’un montant de quatre (4) milliards.

Ces deux arrêts de travail ont abouti au paiement:

1-     Des 5 000 frs restants de l’indemnité de logement des instituteurs à la fin du mois de janvier 2013 ;

2-     De 25% des 50% restants des effets financiers de la bonification indiciaire, du reclassement des Enseignants du secondaire et des conseillers pédagogiques et conseillers à l’extrascolaire à la fin du mois de mars 2013 avec rappel de janvier et février ;

3-     De 2 milliards au titre du rappel du rappel de CAP prévu pour le mois de mai 2013.

Du 08 au 19 avril 2013, l’ISEF a observé un arrêt de travail de 10 jours pour exiger :

  1. Le paiement des 25% restant du reliquat des effets financiers de la bonification indiciaire du reclassement des professeurs de l’enseignement secondaire général, technique, professionnel, des conseillers de l’enseignement préscolaire, primaire et assimilés;
  2. Le paiement du rappel des arriérés de l’indemnité contributive aux logements des instituteurs ;
  3. Le paiement du rappel des arriérés des effets financiers de la bonification indiciaire des instituteurs et  des effets financiers du reclassement des conseillers du préscolaire, du primaire et des enseignants du secondaire général, technique, professionnel et Assimilés.

A ces revendications, l’ISEF a ajouté:

  1. Le reversement immédiat des ponctions faites en pleine négociation sur les salaires des enseignants en mars 2013;
  2. Le reversement immédiat des cotisations des organisations syndicales ;
  3. La levée de la suspension des précomptes au profit des organisations syndicales ;
  4. L’arrêt immédiat des mutations arbitraires et autres sanctions et menaces à l’encontre des enseignants syndicalistes;
  5. L’arrêt des poursuites judiciaires et la levée des condamnations des enseignants syndicalistes ;

 

Suite aux négociations qui ont eu lieu entre l’Intersyndicale du Secteur de l’Education Formation (ISEF) et le Gouvernement  à travers le Ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Technique avec la facilitation de la Convention de la Société Civile, les points d’accord suivant ont été obtenus:

I-                  AU TITRE DES REVENDICATIONS INITIALES

  1. La date d’effet du paiement des 25% restants est fixée à janvier 2014 ;
  2. Le paiement effectif des 25% payés en mars 2013 à tous les omis avec rappel depuis janvier ;
  3. La mise en place d’un cadre de discussion pour définir un calendrier de paiement du stock des arriérés;

II-              AU TITRE DES DESAGREMENTS CAUSES PAR LA GREVE

L’ISEF accepte de confier le traitement de tous les désagréments liés à la grève à la Convention de la Société Civile Ivoirienne pour une solution rapide avec le Gouvernement; à savoir :

-          Le reversement des ponctions opérées sur les salaires du mois de mars 2013;

-          Le reversement des cotisations syndicales déjà précomptées en janvier 2013;

-          La levée de la mesure de suspension des précomptes des cotisations syndicales au profit des syndicats du secteur Education / Formation;

-          L’annulation des condamnations des enseignants pour fait de grève ;

-          La libération de tous les enseignants et élèves détenus par rapport à la grève ;

-          L’annulation des mutations, des affectations et des révocations des enseignants en rapport avec la grève.

III-           AU TITRE DE LA SUSPENSION DU MOT D’ORDRE DE GREVE

L’ISEF s’engage à suspendre son mot d’ordre de grève.

Sur la base de ces points, un protocole d’accord est établi entre l’ISEF et le Gouvernement de Côte d’Ivoire. Ce protocole sera signé dans les prochaines heures par l’ensemble des Ministres du secteur Education-Formation.

En conséquence de ce qui précède et après  avoir analysé la situation de l’école  sur l’ensemble du territoire national, l’ISEF, réuni en Assemblée Générale extraordinaire des Secrétaires Généraux, le Samedi 20 avril 2013 :

1-     Félicite les Enseignants de Côte d’Ivoire pour leur mobilisation exemplaire durant ces différents arrêts de travail ;

2-     Remercie particulièrement la Convention de la Société Civile Ivoirienne conduite par son Coordonnateur National BAKAYOKO SIDIKI SAGUIDIBA et à travers lui tous ceux qui se sont impliqués positivement dans la recherche de ces points d’accord ;

3-     Décide de suspendre son mot d’ordre de grève à compter de ce jour dimanche 21 avril 2013 ;

4-     Appelle tous les Enseignants et Assimilés de Côte d’Ivoire à reprendre le travail dès le lundi 22 avril 2013 à 7 heures.

Fait à Abidjan, le Dimanche 21 avril 2013

Pour  l’ISEF

Le Président  en exercice

BLI BLE David

DECLARATION DE SUSPENSION DES 10 JOURS D'ARRET DE TRAVAIL DE L'ISEF_Président.doc

00:36 Écrit par SYLEG dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/04/2013

ADRESSE DU SECRETAIRE GENERAL NATIONAL RELATIVE A LA NON RECONDUCTION DU MOT D’ORDRE D’ARRET DE TRAVAIL DE 10 JOURS DE L’ISEF

 

DIOMANDE Mamadou, SGN du SYLEG

ADRESSE DU SECRETAIRE GENERAL NATIONAL RENONLATIVE A LA NON RECONDUCTION DU MOT D’ORDRE D’ARRET DE TRAVAIL DE 10 JOURS DE L’ISEF

 

Camarade, du 08 au 19 avril 2013, l’ISEF a observé un arrêt de travail de 10 jours renouvelables pour exiger :

  1. Le paiement des 25% restants du reliquat des effets financiers de la bonification indiciaire du reclassement des professeurs de l’enseignement secondaire général, technique, professionnel, des conseillers de l’enseignement préscolaire, primaire et assimilés;
  2. Le paiement du rappel des arriérés de l’indemnité contributive aux logements des instituteurs ;
  3. Le paiement du rappel des arriérés des effets financiers de la bonification indiciaire des instituteurs et  du reclassement des conseillers du préscolaire, du primaire et des enseignants du secondaire général, technique, professionnel et assimilés.

A ces revendications, l’ISEF a ajouté:

  1. Le reversement immédiat des ponctions faites en pleine négociation sur les salaires des enseignants en mars 2013;
  2. Le reversement immédiat des cotisations des organisations syndicales ;
  3. La levée de la suspension des précomptes au profit des organisations syndicales ;
  4. L’arrêt immédiat des mutations arbitraires et autres sanctions et menaces à l’encontre des enseignants syndicalistes;
  5. L’arrêt des poursuites judiciaires et la levée des condamnations des enseignants syndicalistes ;

Suite aux négociations qui ont eu lieu entre l’Intersyndicale du Secteur de l’Education Formation (ISEF) et le Ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Technique à travers la médiation de la Convention de la Société Civile, les points d’accord suivant ont été obtenus:

I-                  AU TITRE DES REVENDICATIONS INITIALES

  1. La date d’effet du paiement des 25% restants est fixée à janvier 2014, le paiement effectif pourrait se faire au plus tard en mars 2014 avec rappel depuis janvier ;
  2. Le paiement effectif des 25% payés en mars 2013 à tous les omis avec rappel depuis janvier ;
  3. La mise en place d’un cadre de discussion pour définir un calendrier de paiement du stock des arriérés;

 

II-              AU TITRE DES DESAGREMENTS CAUSES PAR LA GREVE

Le gouvernement accepte de réparer tous les désagréments liés à la grève sous le regard de la convention de la société civile ; à savoir :

-         Le reversement des ponctions opérées sur les salaires du mois de mars 2013;

-         Le reversement des cotisations syndicales déjà précomptées en janvier 2013;

-         La levée de la mesure de suspension des précomptes des cotisations syndicales au profit des syndicats du secteur Education / Formation;

-         L’annulation des condamnations des enseignants pour fait de grève ;

-         La libération de tous les enseignants et élèves détenus par rapport à la grève ;

-         L’annulation des mutations, des affectations et des révocations des enseignants en rapport avec la grève.

Tous ces points d’accord sont contenus dans un protocole d’accord entre l’ISEF et le Gouvernement de Côte d’Ivoire.

En conséquence de ce qui précède, l’ISEF à l’issue de l’Assemblée Générale des Secrétaires Généraux du samedi 20 avril 2013 décide de suspendre son mot d’ordre de grève à compter de ce jour samedi 20 avril 2013.

Camarade, je tiens à te féliciter, et avec toi, tous les Enseignants de Côte d’Ivoire pour votre mobilisation exemplaire durant ces différents arrêts de travail. Tu as su résister à toutes les tracasseries des Préfets et Sous-Préfets, des IGEN, des DREN, des IEP et des Chefs d’établissement. Sois en fier et saches raison gardée.

La lutte n’est pas terminée. Il s’agit juste pour nous de donner un peu de temps au Gouvernement pour mettre en œuvre les différents accords et nous laisser récupérer quelques forces.

Restes donc mobilisé et à l’écoute de l’ISEF et de ton BEN pour la suite.

SEULE LA LUTTE PAIE.

Fait à Abidjan, le Dimanche 21 avril 2013

Pour  le SYLEG

Le Secrétaire Général National

Sgnature Simple du SG Diomandé.jpg



DIOMANDE Mamadou

ADRESSE RELATIVE A LA NON RECONDUCTION DES 10 JOURS D'ARRET DE TRAVAIL DE L'ISEF.pdf

 

10:38 Écrit par SYLEG dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |